DELVILLE WOOD

LONGUEVAL - SOMME - FRANCE

ff

Accueil

Page Histoire

Visite du Bois Delville

Contacts

NAUFRAGE DU SS MENDI

Le désastre du Mendi fut une des pires tragédies sud-africaines de la Grande Guerre, à l'égal de la Bataille du Bois Delville.

LE VOYAGE

Le 16 janvier 1917, le transport de troupes SS Mendi appareilla du Cap pour l'Europe transportant un contingent du South African Native Labour Corps, comprenant 802 soldats noirs, 5 officiers blancs et 17 sous-officiers ainsi que 89 membres d'équipage et 56 passagers militaires. Il faisait partie d'un convoi de quatre navires transportant des troupes sud-africaines et australiennes ainsi que de l'or. Ils étaient escortés par le croiseur HMS Cornwall. Le Mendi était commandé par l'expérimenté capitaine Henry Arthur Yardley.

Le vapeur Mendi, 4230 tonnes, naviguait sur la ligne Liverpool-Afrique Occidentale jusqu'à ce qu'il soit loué par le gouverment britannique et portait le nom d'une tribu de Sierra Leone. Son précédent voyage avait été le transport de troupes nigériennes de Lagos à Mombasa pour servir en Afrique Orientale allemande.

SS Mendi

Le convoi navigua à vitesse lente et les hommes tombèrent dans la routine de la vie d'un transport de troupes. Le long voyage fut calme et fut marqué par peu d'incidents. Le plus notable étant le décès d'un membre d'équipage qui fut inhumé en mer. Le Mendi fit escale à Lagos au Nigeria et à Freetown en Sierra Leone pour ravitaillement en vivres et charbon. De la Sierra Leone, le convoi poursuivit sans escorte bien que la dernière partie du voyage soit la plus dangereuse en raison de la menace sous-marine. A cette époque, les sous-marins allemands avaient ordre d'attaquer sans préavis, rendant périlleuses les eaux britanniques. Le temps devint froid, la mer plus agitée et le ciel gris. Les soldats noirs endurèrent tout ceci avec moral. Le Mendi arriva sans problème à Plymouth, 34 jours après son départ du Cap. Les passagers militaires y débarquèrent.

LE NAUFRAGE

Dans l'après-midi du 20 février 1917, le Mendi appareilla de Plymouth et fit route vers Le Havre escorté par le destroyer HMS Brisk. La météo était couverte, menaçant à la brûme, avec un vent léger et une mer lisse. Avec la nuit, le temps devint plus brûmeux et la corne de brûme fut déclenchée à une minute d'intervalle, comme l'exigeait le règlement. Ensuite, le brouillard devint encore plus épais et la vitesse fut réduite. 

Le SS Darro, 11 484 tonnes, était un navire bien plus important que le Mendi et était commandé par le capitaine H.W. Stump. En fin d'après-midi du 20 février, il appareilla du Havre et fit route à pleine vitesse vers Falmouth avec une cargaison de viande. Dans la nuit brûmeuse, ses feux furent allumés et la veille renforcée mais sa corne de brûme ne fut jamais actionnée et sa vitesse ne fut pas réduite.

SS Darro

Le 21 février 1917, à 4h57, les hommes de veille du Mendi entendirent les mouvements d'eau d'un navire en mouvement et actionnèrent la corne de brûme. Alors que le Darro naviguait à pleine vitesse sans émettre de signaux sonores, son second et sa veille entendirent la corne et virent une lumière verte. La sirène du Darro sonna et les ordres furent donnés de stopper les machines et de faire marche arrière toute. Il était trop tard. Cela se passait à environ onze miles sud-sud ouest de St Catherine's Point sur l'île de Wight.

L'étrave du Darro frappa le côté tribord du transport de troupes, presque à angle droit, avec une force énorme, le coupant de la quille au pont sur une profondeur d'environ six mètres. Les hommes se tenant debout à bord du Mendi tombèrent par la force de l'impact et les hommes endormis furent violemment réveillés. Le Darro frappa près de la cloison étanche entre les soutes n°1 et n°2, les ouvrant ainsi à la mer. Sur le Darro, les machines qui faisaient marche arrière furent stoppées et les deux navires dérivèrent l'un de l'autre laissant une énorme brêche ouverte sur le flanc du Mendi à travers laquelle l'eau se déversait.

Le capitaine Yardley fut renversé à terre par la force de la collision. Il récupéra rapidement, ordonna l'arrêt des machines et se précipita sur la partie avant du pont. Il envoya un homme dire au charpentier d'inspecter le bâtiment et donna l'ordre de décapeler les chaloupes. Aucun SOS ne fut émis car l'opérateur ne fut jamais trouvé.

Les hommes ébranlés par le choc et le son de la collision sortirent de leurs couchettes, ramassèrent leurs brassières de sauvetage et se rendirent, dans l'obscurité, vers les écoutilles. Mais au moins une de ces sorties fut endommagée par l'étrave du Darro et des hommes furent pris au piège. Ainsi, environ 140 hommes ne purent jamais s'extirper vers le pont et se noyèrent dans l'obscurité des soutes ou des compartiments alors que l'eau montait rapidement. Le sort des quelque 750 hommes restant était lié aux chaloupes, qui ne pouvaient emporter qu'un total de 298 hommes, et aux radeaux. Mais le  Mendi, alors qu'il s'enfonçait lentement dans l'eau, prit une gîte importante sur tribord rendant impossible la mise à l'eau des chaloupe babord. 

Les soldats noirs demeurèrent calmes et en ordre à leurs postes d'évacuation comme lors des exercices pratiqués en mer durant le voyage. Les officiers et les hommes d'équipage entreprirent la mise à l'eau des embarcations tribord. Les chaloupes n°1 et n°3 furent descendues sans incident et rapidement remplies d'hommes. La chaloupe n°2 fut également mise à l'eau sans problème, mais chavira suite à une erreur de manoeuvre commise par un marin. La chaloupe n°5 fut mise à l'eau avec deux hommes d'équipage du Mendi et quatre soldats noirs à la manoeuvre, mais un groupe d'hommes y sautèrent en désordre et la firent chavirer. Tous se retrouvèrent à l'eau et il ne fut pas possible de la retourner. La chaloupe n°6 s'écrasa contre le flanc du navire et le sort de la n°7 demeure inconnu.

Le travail continua pour mettre à l'eau les 46 radeaux, chacun capable de soutenir 20 personnes et la tâche fut effectuée parfaitement par les soldats du SANLC. Au même moment, d'autres soldats noirs sortaient encore de l'écoutille de la soute n°1.

C'est vers ce moment du drame, que se produisit l'épisode le plus connu de l'histoire du Mendi. Il ne fut confirmé par aucun survivant ou récit officiel, mais la tradition orale l'a préservé et la presse la entretenue. Le Pasteur Wauchope Dyobha cria aux hommes :

Restez calme et tranquille, mes compatriotes, ce qui arrive est précisément ce que vous êtes venu faire. Vous allez mourir... mais c'est ce que vous êtes venu faire... Mes Frères, dansons la Danse de la Mort. Moi, un Xhosa, vous dit que vous êtes mes Frères, Swazis, Pondos, Basutos, et nous mourrons comme des frères. Nous sommes les fils de l'Afrique. Elevez vos cris de guerre, Mes Frères, et comme ils nous ont obligé de laisser nos sagaies au pays, que nos voix les remplacent.

Et ils enlevèrent leurs chaussures et entamèrent la danse de mort sur le pont du navire à l'agonie.

Musée de Delville Wood : détail de fresque

Le capitaine Yardley, réalisant que le bâtiment n'en avait plus pour longtemps, ordonna que chacun quitte le bâtiment et s'en éloigne avant qu'il coule. Beaucoup d'hommes se jetèrent dans la mer, chantant, priant et criant. Il y eut une grosse explosion qui secoua le navire, éteignant les dernières lumières et provoquant panique et confusion. Cependant, beaucoup de soldats noirs demeurèrent à bord étant trop effrayés de sauter dans les eaux glaciales. La majorité d'entre eux n'avait aucune expérience de la mer, beaucoup ne l'ayant jamais vu avant d'embarquer sur le Mendi et peu savaient nager. Malgré les appels de leurs sous-officiers et camarades déjà dans l'eau, ils étaient encore à bord quand le navire désemparé s'enfonça définitivement dans les eaux.

Durant cette agonie de 25 minutes, aucune aide ne vint du Darro, pourtant non éloigné, et le HMS Brisk avait perdu le contrôle visuel avec le Mendi dans le brouillard. 

Environ 120 hommes étaient maintenant dans ou avec les deux chaloupes et quelques centaines étaient dans l'eau froide, s'accrochant aux radeaux ou à des débris, ou  flottant seulement grâce à leurs brassières de sauvetage.

A 05 h 00, le Darro envoya un message SOS auquel le HMS Brisk répondit. L'équipage inspecta le navire, prépara les chaloupes en vue d'une potentielle évacuation. Mais le dégâts étaient relativement mineurs. Aucune tentative ne fut faite de prendre contact avec l'autre navire ou de mettre à l'eau une chaloupe. 

Non loin, dans les eaux glacées, la tragédie se poursuivait. De nombreux hommes gelés s'accrochaient aux radeaux et plusieurs arrivèrent à se hisser en haut de la quille de la chaloupe n°5 chavirée. Les hommes démunis de brassières se noyèrent et les autres succombèrent de froid ou d'épuisement. La température de l'eau dans la Manche à cette saison est d'envion 7°C.

Le capitaine Yardley flotta durant environ une heure et demie et déclara : " J'avais une brassière de sauvetage. Il y avait des centaines de gars autour de moi après le naufrage. Ils moururent de froid. Ils étaient tous équipés de brassières... Ce fut une très froide, sombre, humide et misérable nuit..."

Environ 400 hommes se noyèrent ou moururent de froid dans l'eau, sur et autour des radeaux. 

La chaloupe n°1 fut la première à atteindre le Darro, environ 50 minutes après la collision. Les naufragés étaient si épuisés qu'ils durent se faire aider pour monter la coupée. La chaloupe n°3 vint le long du Darro environ dix minutes plus tard. Quelques membres d'équipage perçurent les cris des hommes sur les radeaux. Cependant, le capitaine Stump ne prit aucune mesure pour porter secours à ces hommes.

Au même moment, les chaloupes du HMS Brisk, arrivé rapidement sur le site du naufrage, entreprirent la recherche mais avec de grandes difficultés en raison de l'obscurité et du brouillard. Le vapeur Sandsend recueilla 23 survivants noirs.

HMS Brisk

Le Darro demeura dans les environs jusqu'à 06 h 45 et partit ensuite à vitesse lente à travers le brouillard en faisant retentir sa corne de brûme. Le HMS Brisk rappella ses chaloupes avec leurs armements épuisés à 09h00 et croisa dans le secteur, cherchant en vain des survivants.

Le nombre de survivants s'élevait à 267 hommes : 107 sur le Darro, 137 sur le Brisk (dont le capitaine Yardley) et les 23 hommes recueillis par le Sandsend.

Le bilan final de cette tragédie est terrible. 33 membres de l'équipage, 2 officiers, 7 sous-officiers blancs et 618 soldats noirs étaient perdus. Parmi eux se trouvaient d'éminents personnages : les chefs du Pondoland  Henry Bokleni, Dokoda Richard Ndamase, Mxonywa Bangani, le Révérend Wauchope Dyobha...

Quand la nouvelle de la tragédie fut annoncée au Parlement le 9 mars 1917, l'ensemble des membres de l'Assemblée Nationale d'Afrique du Sud, présidée par le Premier Ministre Louis Botha, se levèrent en signe de respect.

Le commandant du Darro, HW Stump, passa en jugement, mais la sanction peut paraître mineure comparée au drame : une suspension de commandement de 12 mois.

Liste des soldats du SANLC ayant péri lors du naufrage du Mendi

LE MENDI AUJOURD'HUI

L'événement est rappelé par un plusieurs mémoriaux en Afrique du Sud, en Grande-Bretagne et en France.

Le Mémorial d'Hollybrook à Southampton porte les noms des hommes du Mendi qui n'ont pas de sépultures connues, c'est-à-dire la grande majorité. Treize hommes reposent dans divers cimetières de la côte anglaise, un en France et cinq sont commémorés par des mémoriaux spéciaux à Noordwijk en Hollande.

Noordwijk General Cemetery

En Afrique du Sud, le Mendi Memorial à New Brighton à Port Elizabeth, fut érigé en souvenir du désastre et le Gamothaga Resort à Atteridgeville commémore ceux qui ont la mer comme sépultures. Récemment, un nouveau mémorial au Mendi fut inauguré au Cap. Situé sur le campus Mowbray de l'Université du Cap, ce lieu a un lien avec le Mendi, car ce fut là que les troupes du South African Native Labour Contingent cantonnèrent avant d'embarquer sur le malchanceux Mendi.

Le Mendi est aussi commémoré au Musée du Bois Delville par un élément de fresque et un panneau portant les noms des hommes perdus dans le naufrage.

Un élément du pont du Mendi est exposé au Maritime Museum de Bembridge, sur l'Ile de Wight.

Une peinture, The loss of the Mendi, par Hilary Graham, est exposée au Nelson Mandela Metropolitan Museum of Art. Détail curieux, l'artiste a représenté le naufrage en pleine tempête alors que le drame se déroula sur une "mer d'huile".

Le Mendi a également donné son nom à la plus haute distinction pour courage de l'Afrique du Sud, le Order of the Mendi Decoration for Bravery, décerné par le Président aux citoyens sud-africains ayant accompli des actes extraordinaires de bravoure.

Le SS Mendi est également honoré par l'actuelle marine sud-africaine qui aligne dans sa flotte le SAS Isaac Dyobha, un bâtiment d'attaque rapide de la classe Warrior et le SAS Mendi, une frégate de la classe Valour.

SAS Mendi

Le 23 août 2004, une cérémonie de dépose de gerbes se tint quand les SAS Mendi et le HMS Nottingham se rencontrèrent sur le site du naufrage.

En 2006, la Commonwealth War Graves Commission et History Channel produisirent un film de 20 minutes, Let Us Die Like Brothers, sur le désastre du  Mendi et l'engagement des noirs sud-africains dans la Grande Guerre en Europe.

Le 21 juillet 2007, une importante cérémonie se déroula au Mémorial d'Hollybrook, à Southampton, suivie par une dépose de gerbes depuis le SAS Mendi sur le site de la tragédie.